Méditer comme un oiseau qui vol

Les étoiles disparaissent parce que la nuit se dissout à la lumière du matin. Oiseau chante à l’aube pour certifier le nouveau jour et célébrer la liberté quatre vents qui lui donnent des ailes. Oiseau chante et chante l’âme, bien que souvent pas écouter leurs paroles ou la mélodie. Écrit Julian Peragón (Arjuna).

(c) can Stock Photo / ipopba

L’oiseau qui soulève ses ailes sur le point de commencer à voler est le symbole qu’il y a quelque chose en nous qui vole au-dessus des intérêts et des rixes quotidiennes, et ce quelque chose, comme nous l’avons dit, est notre âme.

Lorsque nous chantons, prier, ou récitant, nous aligner sur le bord de la de laMa et avec elle, nous célébrons la vie comme un cadeau, et à côté d’elle nous invoquons l’esprit qui reçoit sa lumière. Quelle est la méditation mais une chanson en silence, une prière sans mots, une invocation sans gestes ?

À ce stade, nous quittons les ténèbres de la souffrance à nous ouvrir à la lumière de la conscience. Si nous utilisons aussi des mots, des prières ou des prières, ils seront comme des véhicules d’un ouverture sincère à l’intelligence profonde qui nous soutient, et si nous répéter ou chanter mantras ou des chants dévotionnels, nous le faisons, comme l’oiseau, un appel à la hauteur de l’âme à voler dans l’infinité de qui nous sommes.

Coeur une fois réveillé, il y a une autre qui hum le bonheur que nous ressentons, invoquant cet esprit pour manifester ou adorer ce qui est caché dans la racine de la vie.

Julian Peragón Arjuna, Formateur d’enseignants, dirige l’école Synthèse de yoga à Barcelone. Il est l’auteur du livre Synthèse de la méditation (Acanthe ed.).

Son dernier livre est La synthèse du Yoga. Les 8 étapes de la pratique. Édition de feuilles d’acanthe.

Autres articles sur
Par • Section • 26 avril 2018 : Arjuna