Maxime-vākyas, les quatre phrases grandes le Védanta

Son contexte, le sens et la pratique. Par David Rodrigo (Āchārya Jijnāsu), traditionnel maître Advaita Vedānta.

Mandala

Maxime-vākyas ´grandes frases´ du Védanta (conclusion de la ´Conocimiento´ de ´anta´ de Veda, la partie de la connaissance suprême des Védas, les) Upaniṣhads) sont ceux qui indiquent que votre être est l’être suprême : existence, conscience, bonheur pure, illimitée en temps, l’espace et la différenciation de l’homme qui se produisent dans le temps et l’espace en raison de causes et d’effets (´accion´ son propre karma).

L’autre type de phrases de Śaṅkara sont appelés avāntara-vākyas ´frases secundarias´. Sa fonction d’expliquer les mahaa-vākyas, donc le moteur de recherche sincère peut réellement comprendre, regarder, rendre, être.

Habituellement, il est dit d’avoir quatre mahaa-vākyas, bien qu’en réalité il y a des centaines. Il y a quatre célèbres mahaa-vākyas pour sélectionner un pour chacune des quatre Vedas (Ṛig Veda, Sāma Véda, Yajur Veda, Atharva Veda), qui est le Scriptural, voie qui aujourd'hui vient à la connaissance ´Veda´, qui, en revanche, toujours transmis oralement au sein de la tradition propre, dont l’origine est traditionnellement comprise est divinité.

Ces quatre mahaa-vākyas sont des mantras qui, jusqu’au jour aujourd'hui, commence en sannyāsa (vie ont démissionné, renonçant aux attributs limitants de l’esprit et du corps) dans chacun des quatre maṭhas (monastères) qui a fondé directement Śhaṅkarāchārya (s. VIII-IX) pour chacun de ses quatre disciples. Śhaṅkara est la référence principale ´Āchārya´ de l’ère actuelle dans la tradition de l’Advaita Vedanta.

Depuis lors et jusqu'à aujourd'hui les maîtres principaux successifs de ces maṭhas et leurs nombreuses qui ont ensuite été créés de ces quatre original sont appelés Śhankarāchāryas. C’est pourquoi le Śhaṅkarāchārya original est indiqué comme Ādi Śhankarāchārya ´el primero´. Traditionnellement, nous référer à lui comme Bhagavan Bhāṣhyakara : la forme de la ´Bhagavan´ de la divinité qui nous a ´kara´ le ´comentario´ bhāṣhya à la Bhagavad Guītā, Upaniṣhads et Sutras de Brahma, pour nous révéler à Śhiva, bonheur. Ces trois types de textes, avec le commentaire de Śhaṅkara, sont la canonique écritures du Advaïta Védanta ou Prasthāna Trayī ´Triple Canon´.

L’ai démissionné, nu après renaît dans les eaux du fleuve sacré, en face de l’ouverture de son maître (qui n’est pas nécessairement le même que votre maîtrise de la connaissance) a reçu un des ces mahaa-vākyas et a demandé :

-Vous souhaitez faire votre costume l’étoile du ciel ? Ou préférez venir à la āśhrama (monastère) avec nous ?

Si vous spécifiez la première chose, est mars nu dans les bois, sans désir, enseignant pour vos sens, Miss monde et rencontrer Dieu, les lui-même complet, direct, rayonnante. Deuxièmement, reçoit le moine a démissionné des vêtements Orange et c’est avec le maître et les frères de la āśhrama à étudier les écritures, tenir compte de leur signification, voyons, méditer, absorber, faites-le.

Advaïta Védanta renoncé moines sont des hommes et des femmes. Bien que les maṭhas et quelques āśhramas sont uniquement des hommes.

Sannyāsa est mentale

Sannyāsa est vraiment un état d’esprit : exempt de désirs mondains et céleste, a décidé de consacrer votre vie à la plus grande, la réalisation de la vérité par soi-même, la source du bonheur, conscience et existence.

À cette fin, les rituels peuvent aider ou non. Cependant, la connaissance suprême et à la pratique correcte auto sont absolument essentiels. La graine de lui est les mahaa-vākyas, non seulement ces quatre. Une fois que vous connaissez sa signification, qui est transmise avec la grâce du Guru et le divin, mantras sont des symboles qui ouvre grand la porte de votre âme à l’infini de votre être.

La pratique est que votre corps interne ´antaḥ-kāraṇa´ (intelligence, discernement, ´buddhi´, ´ahaṁkāra´, ´manas´, ´chitta´ mémoire esprit ego volonté) n’est plus absorbée par les objets mondains qui perçoit et expériences par le biais de ses instruments (sens et organes de l’action du corps) et de se concentrer constamment et avec joie, dévotion, l’amour, sentir du tout étant indivisible, celui, immuable, qui connaît directement dans son cœur (où maintenant sentir bonheur et douleur par son interaction avec le banal) expérience Paix, de bonheur, de plénitude sincère, ne pas causé. Cette pratique est basée sur JAPAla répétition mentale dévotionnelle du mantra en imprimant son sens dans votre enfin. De cette façon, il finit par se dissout dans votre être, étant plein.

Pratique clairement, régulièrement et pendant une longue période - ce qui est nécessaire selon votre enfin et le stade de votre motivation, votre moi intérieur transcende la dualité limitant les impressions et fusionne dans sa base permanente de la réalité : la ´advaita´ de la non-dualité, existence, conscience, pur bonheur. C’est la libération de tous les ´Mokṣha´ de limitation, le sens ultime de la vie.

Puis les quatre célèbres mahaa-vākyas. Entre parenthèses : le Upaniṣhad lorsqu’il s’avère, le Veda dont il s’agit d’une part, le maṭha fondé par Śhankarāchārya dans chacun des points cardinaux de l’Inde qui l’utilise en sannyāsa-dīkṣhā (introduction à la vie de l’ont démissionné) et le disciple direct de Śhankarāchārya qui fut le premier maître de la maṭha.

प्रज्ञानं ब्रह्म Prajnānaṁ Brahma ; Brahman est la conscience »

(Aitareya Upaniṣhad III.1.3, Ṛig Veda. Laura Pīṭham, Jagannatha Puri – est de l’Inde ; Padmapādāchārya ;)

Brahman, l’être suprême, est qui voit, qui sait combien est connu à l’extérieur (les êtres et les objets que vous connaissez à travers vos sens et votre esprit) et en interne (les pensées et les émotions dans votre enfin) et est différent de cela.

Ce n'est pas ce que vous voyez les instruments pour voir les sources externes, par exemple, votre corps-esprit - coeur, mais une conscience et immuable dans tout cela, dans votre corps-esprit - coeur et tous les êtres humains, la lumière qui brille sur son propre, qui est connu par lui-même, directement, immédiatement.

Tout ce qui est vu et votre corps physique et subtil existe dans Brahman, véritable vous être permanent et omniprésent. Brahman est la vie en elle (le soi intérieur tous les êtres humains) et Brahman est la base permanente où tous les corps vont et viennent, tandis que Brahman reste inchangée, même. Brahman est inférieurs et supérieurs.

Tout le reste, tout sauf la connaissance de soi, Brahman, est défectueux et instruments indirects - à travers les sens limités et esprit. Les sens et l’esprit ne peuvent pas savoir Brahman, votre propre être illimité en temps, l’espace et la différenciation de l’homme selon sa propre ´karma´ de l’action dans l’ignorance du lui-même.

Cependant, maintenant, vous avez conscience de vous-même et de la réalité fondée sur la déclaration volontaire de ta pensée : votre ego. De là, vous devriez, et vous pouvez augmenter votre conscience de soi par le biais de bonne connaissance de qui vous êtes-vous et pratiquez pour reconnaître directement. Reconnaître ce qu’il en soit ; être qui vous êtes, mais maintenant, qui ne connaissent pas votre confusion naturelle, naissance.

आत्मा-ब्रह्म अयं ayaṁ ātmā brahma ; Cet individu est Brahman »

(Māṇḍūkya Upaniṣhad II, Atharva Veda. Jyotir-maṭha Pīṭham, Badrikashrama - Norte- ; Toṭakāchārya ;)

Qui vit dans mon corazon-cuerpo, ici et maintenant, le fait de Brahman. Be = moins de l’être suprême ; Un seul et même.

La différenciation est attribuable uniquement à le ´upādhis´ de différents accessoires : corps-esprit et ses pouvoirs qui en découle et les fonctions, Dieu de l’herbe. Mais ces pièces jointes n’ont aucune vie propre, mais ils ont la vie parce que la vie, existence (Brahman), votre propre être, existe en eux, entrions en eux, et tous les êtres existent dans Brahman (être un) sans le modifier, sans qu’on la fractionne, sans faire que vous agissez.

´Avidyā´ ignorance fondamentale est pensée-sentiment dans sa propre vie dépend de l’attachement de différenciation et limite c’est votre propre esprit. Il s’agit d’éphémères et très limitée. Il est donc soumis à désir, de dépendance et de peur, agissant et touchés par les résultats de leur action (bonheur éphémère ou des souffrances aiguës), de dégénérés et de moules.

L’âme qui vit dans le corps-esprit renaître maintes et maintes fois entrer chaque fois dans différentes cuerpos-mentes, les scénarios et les conditions jusqu'à ce qu’il reconnaît son propre être, une vie qui se remplit sans changer l’univers entier, toutes les pièces jointes et qui est le fondement de la vérité où tout mouvement se produit, une réalité permanente où tout va et vient.

C’est cet être qui réside dans mon cuerpo-corazon et dont la nature permanente et pure est l’existence, la conscience, le bonheur et donc brille par lui-même. Il est reconnu dans combien vous faire ne savoir que ce qui est connu, ce que vous voyez : externe (les êtres et les objets que je connais par mes sens et mon esprit) et interne (mes pensées et émotions).

Dès que je sais que mon propre être je reconnaître la vie et la lumière qui illumine mon esprit et tous les êtres, vivre et sentir cette plénitude, liberté et amour sans égoïsme, de mon propre être, de l’être qui existe, a existé et existera, tous les êtres humains, temps et espaces.

तत्-त्वम्-असि TAT-tvam-asi ; Vous êtes Brahman »

(Chāndogya Upaniṣhad VI.9.3, Sāma Veda. -Ouest - Dvārakā ; Hastāmalakācharya)

Il n’a pas publié de Sage Brahmane et vous n’avez pas. Vous êtes cette même Brahman, l’un avec l’enseignant et les ignorants, avec Dieu et l’univers, avec le bon et le démoniaque.

La différenciation du soi dans une multitude d’êtres due uniquement à identifier soi-même et la réalité d’un manteau de limitation des pièces jointes ´upādhis´ (cuerpos-mentes). Les vêtements et qui les porte sont différents. Ces changements, cela ne veut pas. Ceux qui sont limités par le temps, l’espace et leurs propres caractéristiques, cela ne veut pas.

Libérer la connaissance des écritures révélées à le ṛiṣhis (ceux qui viennent, les sages gratuits) permettent de savoir qui porte vos vêtements. Donc, vous prenez c’est mieux, avec dignité, de joie et de l’indépendance, ils sont comme ils sont ces chiffons, embellir, advienne que pourra.

अहं ब्रह्म-अस्मि ahaṁ brahma-asmi ; Je suis Brahman »

(Bṛihadāraṇyaka Upaniṣhad i.4.10., Yajur Veda. Sārada Pīṭham, Shringeri - Sur- ; Sureśhvarāchārya)

Je suis un, bonheur, conscience, existence et immuable. En vérité, tout cela, l’univers tout entier, est le même.

C’était une confusion fondamentale ce que j’ai été de voir à quoi ça ressemble ce n’est pas, de me voir à moi en tant que limité, voir la réalité comme composé d’un nombre infini de différents êtres soumis à la naissance, la dégénérescence et la mort.

Tout cela est en effet cela, mon propre être immortel, complet, sans rival, sans second, sans crainte, sans aucun doute.

C’est la connaissance directe et du immédiate propriétaire d’être complet et clair, qui est et est connu pour lui-même et non pas avec la souche agressive de ma confusion où mon esprit et la vision particulière de l’unité absolue de vie émerge.

Cette réalisation est le but suprême de la vie, la raison d’être humain.

OM

David Rodrigo (Āchārya Jijnāsu)

Lumière de l'Ecriture - Advaita Vedānta école traditionnelle

Formation « Ecritures d’Advaita Vedānta et Yoga Sāṅkhya - connaissances et pratiques traditionnelles »

http://luzdelasescrituras.wix.com/escueladevedanta

FORMATION

Écritures de l'Advaïta Védanta et Yoga Sāṅkhya - connaissances et pratiques traditionnelles

Étude, pratique et l’expérience des écrits originales complets de la tradition orale :

Sāṅkhya-Kārikā, Yoga Sutras et Bhagavad Guītā, Viveka Chūḍāmaṇi, Upaniṣhads et Soutras Brahma

Mokṣha Śhāstra - art et la science de la libération

Être la pleine reconnaissance de leurs propres : existence, bonheur, conscience, toujours pur, libre, indisivible, illuminant concernant cuerpos-mentes - voiles d’âmes

À Madrid et à distance-Yoga Shala Alcobendas Contact : annayogashala@gmail.com

Dans Barcelone- Ashtanga Yoga BarcelonContact : info@ashtangayogabcn.com

À Valence- Gobinde Yoga Contact : siritapa@gobinde.com

Aussi mélangé

Présentation de David Rodrigo (Āchārya Jijnāsu)

David RodrigoRemis entièrement à la réalisation de votre être véritable et de la vérité de ce qui, en 2008, est allé à Rishikesh, Himalaya, en Inde et a donné avec son professeur, Dravidāchārya Rāmakṛiṣṇan Swāmījī (Shastra Nethralaya Ashram, Advaita Vedānta tradition de Śhaṅkarāchārya).

Il étudie pendant six ans intenses d’auto-transformation, envisagée, appliqué et expérimenté avec le maître, dans une relation personnelle et quotidienne, sagesse expérientielle et libératrice des grands écrits complets et originaux des écoles de spiritualité et de philosophie en Inde (ṣhaḍ-darśhana) et le Sanskrit classiques :

-Advaïta Védanta

-Prasthāna Trayī ´Triple Canon´ Śhaṅkarāchārya Commentaire : Bhagavad Guītā, principal Upaniṣhads et Brahma Sutra. Ce dernier avec Bhāmatī, Vāchaspati Miśhra subcomentario.

-Advaita Siddhi, Madhusūdana Sarasvatī, partie de la ´Gran Bṛhat Prasthāna Trayī Triple Canon´.

Prakaraṇa - granthas (textes secondaires) comme Viveka Chūḍāmaṇi, Śhaṅkarāchārya ; Panchadaśhī, Muni de Vidyāraṇya ; Vedanta Paribhāsā, de Dharmarāja Adhvarīndra ; Siddhānta-leśha-saṅgraha, Appayya Dīkṣhita ; Dakṣhiṇāmūrti-stotra ´Himno à Dakṣhiṇāmūrti´ ; Pancīkaraṇa ; Tattva boddha ; ou Ātma-jñāna-upadeśha-Gérard.

-Yoga sutras de Patanjali commentée de Vyāsa, etc..

Sāṅkhya - Īśhvara Kṛṣhṇa-Kārikā.

-Le reste des écoles classiques (astika darśhana): Artha-saṅgraha (Pūrva Mīmāṁsā) ; Tarka-saṅgraha (Nyaya-Vaiśheṣhika).

-Grammaire du sanskrit (vyākaraṇa): Laghu-siddhānta-kaumudī de Varadarāja (simplification du régime traditionnel de la Aṣhṭādhyāyi de Pāṇini).

Il fut aussi initié aux techniques de méditation et de la conscience dans la tradition de la méditation, le Yoga dans l’Himalaya avec est Veda Bhāratī (herbe de Swami Rama Sadhaka Ashram, Rishikesh).

Herbe de Swami Rama Sadhaka Ashram, Rishikesh a commencé à transmettre des connaissances, de pratiques et d’expérience de l’écriture et la méditation ; et coordonnée Dhyāna Gurukulam, l’école traditionnelle de l’ashram.

En 2014 la vie vous a amené vers l’Espagne, mise à disposition directement - sans vêtement ou les transformations à ce qui sont pas-, connaissances, la pratique et l’expérience de ces écrits de sagesse universelle venant et vous mènera au Samadhi, la réalisation de la plénitude de l’être véritable de soi et de toute la création : existence, conscience , Pur bonheur, l’un et immuable, omniprésent, qui illumine votre esprit - coeur et brille par lui-même. Ici et maintenant.

Être Sociable, partagez !

Est-ce que vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous à notre FLUX RSS que vous ne manquiez de rien

Autres articles sur
Par • 27 octobre 2015 • section : Textes anciens