Entretien avec Didier Danthois : « Besoin d’apprendre à vivre avec nos émotions »

Ce que la figure du clown avec le bouddhisme tibétain ont en commun ? « Notre travail consiste à apprendre à vivre avec tout ce qui se présente dans votre corps, votre esprit, vos émotions de la présence, l’observation et l’acceptation ». Si vous voulez en savoir plus sur le travail intéressant réalisé par Didier Danthois, lisez cette interview de YogaenRed.

Didier-danthois

« Tout notre travail tend à se reconnecter à notre être avec notre nature profonde, » a déclaré Didier Danthois, chercheur, thérapeute et fondateur de la Théâtre du cœur en collaboration avec son partenaire Sara Rajzman, dont le foyer est sur uneaider à reconnaître et à transformer les émotions à l’aide d’expression créative.

Son passage à 33 ans étudie les arts du cirque et clown à l’école de cirque Fratellini (Paris). Suite à leur formation à l’apprentissage de la danse moderne, MIME et psychothérapie. Cette poursuite de l’expression créatrice au sein de spiritualité l’a amené à suivre les enseignements du Bouddha et, pour les 24 dernières années, que Didier a approfondi la connaissance de l’être humain par l’enseignant du bouddhisme de la tradition tibétaine Sogyal Rinpoché. Aussi, il est resté pendant 10 ans à côté du maître indien de Calcutta, Jonathan Lahiri, apprendre à chanter Raga.

Comment vous vous avez commencé sur la voie de la guérison émotionnelle ?

Didier : À l’âge de 20, j’ai pensé qu’il ne vivrait pas longtemps, dix ans de plus et puis... au revoir. Comme il n’était pas heureux, un jour pris la décision pour savoir où ma Joie de vivre, c’est parce qu’il était impossible qu’il n’était pas dans le mien. Alors elle je suis parti tout, ma famille, travail, ma ville, mes études. À ce moment-là, l’univers manifesté et moi avons décidé d’étudier dans une école de cirque grand à Paris. Au début c’était difficile parce que mon corps n’était pas prêt pour tellement de travail avec lui et si exigeante. Mais rien de mieux qu’une école de cirque de perdre toutes les craintes : trapèze, acrobatie, Ballet, clown, robinet... Quand je pouvais me libérer de la peur, c’était fantastique.

Après un temps à Paris, je suis allé vivre à Londres, où j’ai continué à étudier la psychologie humaniste, plus tard biodynamique de psychologie et psychothérapie. Et aussi fait une formation intense pour être professeur d’yoga. Tout le travail que j’ai développé est basé sur l’attitude de profond à l’écoute du corps dans un état de tranquillité, se sentent leurs sentiments et se connecter avec ces éléments qui sont dans l’inconscient de la personne, à développer les mouvements et les émotions avec tout le corps qui permettent de communiquer et d’exprimer. Cela permet la reconnaissance et la libération de ces verrous émotionnels.

Quand décider d’intégrer vos connaissances de l’art de l’expression, dans le béton, le mimo et le clown, à votre travail ??

Pendant un certain temps, je faisais partie d’une compagnie de théâtre et de danse pour les personnes handicapées. C’était un travail très intéressant et la source de tous mes travaux ultérieur comme thérapeute. J’ai travaillé avec des gens qui ne pouvaient pas voir, entendre ou penser logiquement. A été une expérience très intéressante à découvrir d’autres aspects de l’esprit et du cœur peu fréquent, par le biais de la performance et de la danse. J’ai beaucoup appris, parce que ces gens qui ne fonctionnent pas comme le plus j’ai appris que Il y a des formes très riche de communication et d’expression qui est peuvent aller directement au cœur.

Ces personnes handicapées sont en général plus connecté avec leur cœur, ne disperse beaucoup attentes vers l’extérieur et plus rester en contact avec l’intérieur. La sensibilité de ces personnes, comment développer les autre créatif, expressif et des fonctionnalités complètes dans la peau, le son est incroyable...

Cela m’a donné un angle différent d’observer les êtres humains et la vie. Après douze années de travail dans le domaine de la psychothérapie, senti un appel à offrir ce type de travail à tous les types de personnes. Une fois plus en ce moment, l’univers a fait traversé dans ma façon de « Dancing Clown » appelez un atelier qui est fait. Quand j’ai voulu le faire, déjà en dernier, mais les mots fit surgir une lumière à l’intérieur.

Comment vous développer votre travail avec le Clown et veux dire exactement ?

Le Clown a une signification plus profonde qui a pour but : l’aspect sacré du Clown. C’était déjà à l’intérieur de moi naturellement, n’a pas besoin d’apprendre, mais je suis étudiant et travaillant comme aide-enseignante Clown pendant sept ans, jusqu'à ce qu’il se retire et j’ai suivi son travail. Il en est résulté l’école « Fool au coeur », qui ne peuvent pas être littéralement traduites en espagnol comme « crazy heart », mais qu’il doit l’interpréter comme l’archétype qui est.

Le « Crazy » ou « Bouffon » est un archétype qui existe puisqu’il n’y a l’être humain. Shakespeare, Einstein, Blake a déjà parlé de lui et de sa sagesse. Sa figure dérive dans le Clown beaucoup plus tard, au début du XIXe siècle, comme l’archétype d’un très simple et naïf homme. Bouffon de HE, fou ou Clown n’est pas qu’une qualité de la conscience, il vie même, de l’être humain, qui expriment la joie de vivre, l’essence de la poésie d’il vie, claire et nue. Il n’est pas un exploit de l’intellect, mais la création du cœur, du génie de la vie.

Pourriez-vous expliquer plus et nous dire comment elle est liée à une tradition spirituelle dans le bouddhisme ?

La qualité de pureté et d’innocence propre de l’archétype de la fou pas la valeur dans notre société parce que pas génère de l’argent, mais pour la réalisation de l’âme. Mais bien qu’est très important cultiver et nourrir cette pureté et l’innocence de la perception et la conscience, ce n'est pas peut faire à un niveau conceptuel ou intellectuel, mais par un travail spirituel plus au-delà de la pensée, plus profonde.

Le Bouddha nous a enseigné qu’il est en nous une partie beaucoup plus profond que l’activité de la pensée. C’est la nature de l’esprit et, selon le bouddhisme tibétain, la perception pure. J’ai pratiqué la méditation depuis 1993 selon la lignée du bouddhisme tibétain, et tous ses enseignements sur la nature de l’esprit sont inclus dans notre façon de travailler avec le corps, l’esprit, comment nous apporter une situation pour se connecter avec notre présence profonde... La méditation est la racine de tout ce travail de 30 ans.

Sara, comment vous bénéficié vous et avantages pour le travail que vous développez les gens ?

Sara : Quand j’ai découvert cette œuvre déjà pratiquer la méditation, yoga, théâtre... Mais en partie pas était au courant de tout ce qui avait que guérir de ma même. Oui, nous pouvons avoir une très bonne expérience spirituelle avec l’yoga et la méditation, mais si nous n’avons pas une base saine, ne parviennent pas à guérir des blessures très profondes. Ce qui est très intéressant dans notre méthode est que le travail à tous les niveaux : corps, émotions, esprit, esprit.

Est parfois utilisé la spiritualité d’aller plus en sus de leur propres émotions, mais cette méthode vous permet de revenir à votre nature à l’intérieur pour vous connecter avec vos émotions. Le Clown est un archétype très puissant qui permet à beaucoup de gens, quand ils vont avec son nez rouge, se connecter avec leurs émotions et donc jouer, reconnaître, transformer et guérir.

C’est l’effet de guérison de votre méthode...

Didier : Pour méditer, vous devez aller au-delà de vos émotions. Mais pour ce faire, il doit atteindre tout d’abord, vivre, se sentir dans le corps, de les exprimer. Nous devons apprendre à jouer avec les émotions.

Parfois nous fuir une émotion mal à l’aise, nous contester, nous nous il réprime, mais ensuite il se multiplie, ne va pas loin. Nous devons apprendre à vivre avec les émotions et les reconnaître au lieu de les réprimer. C'est-à-dire utiliser la conscience pour les transformer.

Dans les enseignements bouddhistes, on apprend à travailler avec la conscience d’être en mesure de transformer et de guérir. Quand un aspect inconscient émerge à la conscience lorsque nous pouvons le changer. Par conséquent, la pleine conscience est la clé qui peut ouvrir la porte de la transformation. C’est terrible pour la santé, essayant de réprimer un sentiment, car il ne disparaît pas, il a la vie. Notre travail consiste à apprendre à vivre avec tout ce qui se présente dans votre corps, votre esprit, vos émotions de la présence, l’observation et l’acceptation.

Et le Clown nous aide à y parvenir...

L’archétype du Clown est fantastique pour l’enseignement et d’apprentissage parce que vous pouvez vous réfléchir là-dessus et libérer les parties qui ne sont pas conscients. Il a un grand pouvoir pour aider à reconnaître et découvrir des parties de vous que vous avez supprimé.

Il y a les gens qui découvrent avec surprise une joie qui avait réprimé et autres toujours souriant trouver tristesse. Mais est ce besoin de se connecter avec la tristesse et avec lui la joie ; est la même énergie et nous devons les deux être en équilibre. Avec le Clown nous pouvons éprouver, express et se connecter avec la tristesse et la joie, observer comment danser les deux planches d’exprimer la vraie richesse de l’âme.

Ce travail aide à beaucoup de gens dans le monde actuel parce que besoin d’une nouvelle façon de vivre avec la vie, plus consciente, ouverte, appréciant ce que la nature offre à chaque personne. Nous devons purifier notre être pour le perçoivent.

Voir les ateliers proposés par Didier et Sara à Madrid le 8 octobre : cliquez sur ICI

Autres articles sur ,
Par • 3 octobre 2016 • section : Interview