Entretien avec Swami Satyananda Saraswati: « Le Yoga plus important apprendre dans le silence »

À la recherche d’un guide de la pratique, il se rend en Inde en 1976. Là il est devenu a démissionné)sannyasi) de l’ordre de Sri Shankara et retourné, trente ans plus tard, en Espagne, où il partage l’enseignement transmis et l’essence du yoga à ceux qui veulent se plonger dans cette voie. Il s’agit d’une entrevue de Irene Jimeno pour YogaenRed.

Swami Satyananda

Compte Swami Satyananda Saraswati dans les années 1970, à l’âge de 15 ans, lire la Bhagavad Gita, un texte qui s’est réveillé en lui un intense besoin d’approfondir dans son intérieur. Elle a commencé à pratiquer le hatha yoga avec l’aide de Van Lysebeth, Swami Sivananda, Iyengar, Vishnudevananda livres et guident les professeurs différents.

J’ai remarqué comment les asanas et respirations yogiques calmer votre esprit, prana harmonisée et il découvrait une autre façon de vivre. Naturellement, leur régime alimentaire est devenu un végétarien et atteint enfin la méditation et la nécessité de trouver un enseignant qui va guider ce processus. Ce besoin a amené en Inde en 1976.

Vous avez consacré votre vie à ce processus. Après toutes ces années, Comment définiriez-vous Yoga ?

Le yoga est un ensemble de pratiques, techniques et connaissances qui mène à la pleine reconnaissance de notre essence, pour nous donner est que nous sommes tous, une conscience au-delà de l’individu.

Krishna définit l’yoga dans le Bhagavad Gita comme la dissociation avec la souffrance. Le but du yoga est Kaivalya, relâcher. Contre l’illusion d’être un corps-esprit et reconnu comme la conscience toujours gratuite.

En Occident, aujourd'hui, lorsque nous parlons d’yoga plusieurs fois nous nous référons au Hatha yoga.

Oui, et le Yoga est beaucoup plus. Par exemple, l’asana, en Raja yoga de Patanjali est juste une autre étape du processus. Mais avant que nous trouvons les yamas, comportement éthique irréprochable dans toutes vos actions : la non-violence, l’honnêteté, pas approprié à ce qui n’est pas le vôtre, maîtrise de soi et être à l’abri de la cupidité. Seulement correctement suite à cette première étape, quel changement que nous avons ! Mais souvent, le Hatha yoga n’est pas associé à un mode de vie qui comprend l’ensemble de nos vies. Beaucoup de gens recherchent yoga uniquement la solution de problèmes physiques et mentaux quand il y a beaucoup plus. Un bon professeur, ce yoga vivant d’une manière profonde, non seulement a la capacité de résoudre ces problèmes, mais il est capable d’afficher avec soin et selon chaque personne, une autre façon de vivre qui peut apporter une joie beaucoup plus grande.

Ce que vous recommanderiez à quelqu'un que vous sentez que vous souhaitez approfondir votre pratique d’yoga ?

Si les asanas et le pranayama sont exécutées correctement, se pose naturellement un silence qui mène à la méditation. Le Yoga plus important que vous apprendrez dans le silence. Cet État où il n’y a aucun contenu à l’esprit et où l’idée du « Je » disparaît. Dans ce silence nous trouvons enseignement plus sacré, et il s’agit de la porte de l’éveil. Je dirais aussi qu’enquêter et faire tremper dans de la grande sagesse de la philosophie du yoga : le Karma yoga, l’yoga de l’action désintéressée, Bhakti yoga, l’yoga de la dévotion, Yoga de Raja, l’yoga de Jnana yoga, la méditation, l’yoga de la connaissance...

Vous avez vécu 30 ans en Inde. Ce que vous trouvez toutes ces années de pratique ?

La grâce de mon maître, l’impact invisible et le résultat puissant de contact avec une personne établie dans la connaissance. C’est sans doute ce qui m’a transformé le plus. Alors, bien sûr, les années de pratique heureux : hatha yoga, pranayama, méditation rigoureuse, récitation de textes et la répétition du mantra, pèlerinages, l’étude des textes sacrés, la société des maîtres... Et de longues périodes de la vie solitaire.

Cette isolation est nécessaire pour parcourir le chemin du yoga, ou vous pouvez combiner avec la vie moderne trépidante ?

Si nous lisons la vie des Yogis, beaucoup d'entre eux se retira pour se consacrer à la pratique en plénitude. Dans le même temps, de nombreux maîtres contemporains nous apprennent que nous pouvons prendre un yoga pratique au milieu de la vie quotidienne. Toute vie est Yoga. Voici le grand secret ! ¿Pourquoi Shirshasana très bien si je ne suis pas en mesure de traiter mon enfant ou je ne suis pas éthique aux autres ? Yogi a consacré sa vie. Si nous parvenons à vivre constamment avec cette attitude, la vie devient dans le moyen et le maître ; et toutes les situations, à un endroit où nous pouvons grandir. Tout cela dans une ambiance détendue, de mal nous, mais en sachant que Si nous avons un désir intense d’atteindre la liberté intérieure, la vie fera la démonstration de médias pour atteindre cet objectif.

« Le Yogi consacré sa vie », ce qui signifie sacraliser notre vie ?

Il faut tout d’abord briser la vulgarité qui entourent nous médias et élever nos vies. Yogi vit avec quelques valeurs élevées et contemple la divinité de son essence même. Lentement et en raison de l’intensité de sa pratique, commence à recevoir cette essence divine d’autrui, dans l’univers, dans les arbres, les animaux, les montagnes et passe à l’état naturel et haut de la conscience.

Pouvons nous reconnaissons cette sacralité dans nos propres racines occidentales ?

El ser humano siempre ha buscado la infinitud de su propio ser. Desde la profunda metafísica hindú a los antiguos filósofos griegos y romanos (pitagóricos, órficos, platónicos, neoplatónicos…), el taoísmo, el budismo, las tradiciones de los indios sioux, lakota o pueblo; por no hablar de las tradiciones chamánicas del norte de Europa y muchas otras… La búsqueda de la infinitud es parte de la búsqueda existencial del ser humano. Comme on dit le Upanishads, nada que sea finito nos dará plena satisfacción. En realidad es el infinito que se busca a sí mismo.

Tu maestro, Swami Muktananda, enseñaba el Yoga, el Advaita Vedanta y el Shivaísmo de Cachemira como métodos para reconocer esta infinitud.

Las distintas escuelas dentro del hinduismo son muy permeables y comparten muchos principios. Uno de los maestros de yoga contemporáneos más conocidos, Swami Sivananda de Rishikesh, fue un gran exponente del hatha yoga, pero también del raja yoga, bhakti yoga et del Advaita Vedanta. De la misma forma, mi maestro nos formó en hatha yoga, insistiendo en los beneficios de esta práctica mientras, al mismo tiempo, nos iniciaba en la práctica del kirtan, canto devocional, la meditación y en el camino del conocimiento del Advaita Vedanta. El advaita es la concepción metafísica de las Upanishads, (más tarde desarrollada por Sri Shankara, hasta llegar a Ramana Maharshi), que nos lleva al reconocimiento no dual de nuestra esencia o atman.

¿Cuál es la esencia del Advaita Vedanta?

La comprensión clara, primero de forma intelectual y después de forma experiencial, de que existe una única esencia trascendente más allá de todo nombre, forma, tiempo, espacio, causa y efecto. Et cette réalité transcendante de textes essayant de décrire par le biais de concepts tels que "Sat cit ananda " (existencia, conciencia y dicha absolutas), es lo que Soy, la Conciencia no dual.

¿Y cómo llegamos a este conocimiento?

Par le biais de l’auto-indagacion ou Paul, el discernimiento entre lo Real, Sam, y lo transitorio, ASAT. La connaissance qui suis-je ? Je suis ce corps ? Je suis l’énergie prana ou vie ? L’esprit, l’intellect ? Le moteur de recherche se penche sur cette enquête jusqu'à ce que le moteur de recherche et de la recherche s’en aller et ce qui reste est la réalité toujours pleine et se libérer.

Swami Satyananda Ce sera une retraite expérientielle sur l’Advaita Vedanta en août 2016 Can Sans, Girona, expose les oeuvres de Sri Shankara : Vivekachudamani, le joyau suprême de discernement.

Pour plus d’informations consulter le site : www.advaitavidya.org

Autres articles sur
Par • 9 juin 2016 • section : Interview