Souvenirs / et 3

Que faire avec les souvenirs de la vie ? L’histoire révélatrice de l’Yogi Jaigīṣhavya. Écrit David Rodrigo (Āchārya Jijnāsu), enseignant traditionnel d’Advaita Vedānta. (Voir le) première partie et le deuxième partie)

Le sage Āvaṭya sourit et dit : ´Esta réponse est le résultat de votre analyse approfondie et d’introspection. Quand je suis arrivé, disaient simplement votre karma latente, voulant qu’ils tirent de l’arrière pour recréer votre expérience résultant de vos actions. Maintenant, vous avez réalisé une expérience appropriée. Renforcer par cette vérité :

-Tous les tirages sont douloureuses. Tous les êtres emportés par le courant du karma sont liés à l’expérience de la douleur.

Desidentificar - vous de vos karmas. Permet de voir les ´yo je suis qui agit, qui perçoit et expériences différentes choses transformandose´.

Comprend ´yo que je suis pure connaissance, l’observateur sans transformation de l’observé qui transforme, c'est-à-dire de l’esprit et du corps où je vis et ce que cela fait, perçoit, ressent dans ce que nous appelons mundo´.

Voyez comment le familier apparaît et disparaît dans le toujours présent et toujours les mêmes connaissances. Ce qui est connu est n’est plus à venir et aller est toujours présent et toujours la même existence.

La marque vous conscient de votre subconscient et repaire vous à la vue de l’immense variété de Karma latente allaient revenir à renforcer l’idée de votre choix dans vos actions. Vous devenez que dans ce que vous faites. Les clôtures ainsi le champ infini de votre être, la vérité de l’afeas.

Votre inquiétude sur le résultat de vos actions vous rendre malheureuse tout en portant les actions correspondantes. De l’action dans lequel vous ne pouvez pas le résultat souhaité, votre frustration (votre colère) vous rend misérable. Mais même votre souci de maintenir les résultats souhaitables vous rend aussi misérable. En ce sens, toutes les actions que vous avez toujours réalisées ont été teintées avec des impressions de misère, de douleur et de dépendance, de vulnérabilité. Vous devez comprendre que tous les karma contienne la pauvreté inhérente

Pour cette raison, une des plus puissantes pratiques spirituelles est toujours sentir la présence de Dieu (īśhvara-fait ou), invoquer la beauté du monde, l’amour, la graine de la connaissance absolue, le premier gourou, à la liberté totale - sans limites d’espace (omniprésente), temps (éternelle) et organes (intérieur de tous les êtres être)-, celui de toutes les parties de l’univers libertaire et servez lui en action, de parole et de pensamiento-emocion, au lieu d’agir pour l’ego misérable, par sa propre récompense sous la forme d’éphémères et impur rencontrez, misérable mie des belles parfaitement.

Ô Seigneur, vous savez ce qui est dans mon coeur. Je suis coeur parce que vous êtes lancinante. Vous cherchez vous que je me suis retrouvé.

Par exemple, nous voyons dans Yoga Sutras II.1:

« L’action dans le Yoga ´kriyā-yoga´ est :

-ascétisme ´Tapas´ (live à la renonciation à la mondaine et la discipline des exigences du corps à la recherche de la perfection spirituelle),

étude des écritures (version ´Mokṣha Śhāstra´, comme le) Upaniṣhads, Bhagavad Guītā, Yoga Sutras, etc..) et japa ´svādhyāya´ (mental récitation d’un mantra avec amour et conscience éclairée) ; et

-se rendre à Dieu (proposer les actions et leurs résultats à Dieu) ´īśhvara-praṇidhāna´. » (tapaḥ svādhyāyeśvara-praṇidhānāni Kriya-yogaḥ |).

´El vraie connaissance ne réside pas à connaître votre karma, votre maison, etc.. C’est ne pas de juger les karmas pour les édulcorants, les purifier et donnent de meilleurs résultats, toujours conditionnées et éphémère ", a poursuivi Āvaṭya. ´De suivre ces questions de comment, quand, pourquoi, il se pose le premier karma teinté affliction, etc. et ces actions visent à purifier certains karma latente, pas obtenir quoi que ce soit réelle et définitive. Seulement le maquillage que vous afea de tes larmes pour le soleil qui vous montre votre pathétique émacié État. Connaissance réelle est de connaître la nature inhérente de tout karma, action et son résultat, ce qui est douleur, puisqu’il est le résultat de l’ignorance ou de la fausse identité avec ceux qui agissent, ils deviennent donc efficacement à ceux qui agissent et sous réserve des résultats de son action. Tout créé est par nature éphémère Il n’est pas permanente. Il n’est pas, par conséquent, la nature intrinsèque de l’un est soi-même, la réalité d’un seul, pour ce qui est perdu, il sera et s’arrête.

Casser cette fausse identité, s’aérer le velo la Mâyâ (superposition de la multiplicité qui apparaît, se déplace et disparaît dans l’existence de ce qu’on appelle dans la connaissance, formé par trois qualités ´guṇas´ : sattva - lumière, paix, bonheur, rajas - action, remuer - et tamas, obscurité, stagnation, couverture) et l’accès à la connaissance directe et immédiate (comme moi, c'est-à-dire, non comme un objet) de quelqu'un qui sait par lui-même , parce que leur nature est connaissance. Pour que vous sachiez complètement : toujours présent, égal et sans limites. Et seulement cette connaissance vous libère des effets du karma latente, de toute limitation. Il vous libère de l’expérience limitée ou saṁsāra, la roue de la mort après la mort, leur cause (toxicomanie, confusion) et leur effet (douleur). Si vous n’aireas pas le velo la Mâyâ, il s’agit d’un sombre manteau étouffant tellement habile comme le diable, se présentant comme une foire de lumière et de couleur. Il faut couper le cordon ombilical qui lie votre être avec l’action une fois : l’individu, l’autre, action et le sentiment qui en résulte. ´

Āvaṭya, assis à côté de l’âme ouverte de Jaigīṣhavya, a poursuivi ses études pendant un certain temps : ´Siempre qui vous fait souffrir une mémoire ou vous excite, vous excite ou encourage, c’est votre pièce jointe est que karma latente qui a trait à l’énergie qui donne. Maintenant, il neutralise instantanément, ce karma avec la puissance de non-attachement. La pièce jointe est sous forme de nutriments nécessaires à une graine de germer. Lorsque vous arrêtez de donner ces éléments nutritifs, la graine du karma latente perd de la puissance qui se développent sous la forme de destination. ´

Le détachement de ´vairāgya´ est la jouissance libre (= non dépendant) des objets des sens et de mémoire. Détachement n’est pas tuer les émotions et devenue Pierre (d’être est d’être sensible, conscient), mais que les émotions vous ne vous tuez. Ne meurent pas dans la vie. Les morts n’enterrent pas sur leurs morts.

´Pero certains de ces karmas latentes sont si fortes que, même si vous ne les avez toutes les pièces jointes à un niveau conscient, vous trouverez la façon de se manifester en tant que destination. En ce qui concerne les karmas si puissants n’est donc pas assez pour rester ne pas attaché à eux. La pratique du non-attachement est une mesure passive de prévention : fonctionne uniquement en ce qui concerne les karmas faibles.

Pour neutraliser les effets de ces puissants Karma latente, vous devez vous consacrer à une pratique méthodique (de concentration contemplativa-meditativa qui voit - conscience elle-même, pur ; ou en Dieu ; en bref, l’omniprésent et toujours même, présence immuable avec modifications des différents organes et leurs actions dans les différents espaces et temps), qui doit être intense et continu, sans interruption. Au cours de cette pratique ont à rassembler toute votre puissance de volonté et détermination (saṁkalpa śhakti), peu importe combien d’obstacles devront faire face. Par conséquent, détachement (vairagya) et (concentration, méditation) pratique (abhyāsa) sont des méthodes pour se débarrasser de votre karma latente. ´

Ils disent la Yoga Sutras (I.12): « Par la pratique (concentration, méditation) (abhyāsa) et le détachement (vairagya) Ceux-ci [les modifications et les opérations de vṛittis´ de ´chitta mentale sur le terrain] sont fixés (concentration en celui qui s’arrête à l’agitation et Vice mentale et enfin la chitta vṛittis sont conservés, dissoudre dans sa cause, c'est-à-dire rendu inefficace deviennent dans la propre conscience et la réalité ultime) (nirodha). » (abhyāsa-vairāgyabhyāṁ comme nirodhaḥ |)

Mais il doit y avoir une pratique intense et continue afin que donner de fruits solides et dès que possible. La pratique du Kriya-yoga (ascèse, étude, japa et livraison - dévotion - Dieu) va affaiblir le ´kleśhas´ cinq affections (l’ignorance, la mauvaise idée de moi, la haine et la peur de qui cesse d’être un expérimentateur et sujet actif) et ouvrent donc la possibilité de concentration (samadhi) : « Ses objectifs [Kriya-yoga] pour réduire la kleśhas et de produire (expriment) Samadhi. » (kleśa Samadhi-bhāvana-arthaḥ-tanū-karaṇa-arthaś-ca |) (ibid. II.2).

Après avoir touché l’âme de la Yogi avec cet enseignement, ont dissipé la confusion et les ténèbres de Jaigīṣhavya et Āvaṭya ont disparu. Il a redoublé son engagement à une pratique spirituelle. Et il a continué jusqu'à ce qu’un jour devint le Seigneur de la ´Yoguīśhvara´ de Yogis, offert gratuitement de tous les karmas et leurs fruits. Libre, par conséquent, de l’existence limitée (saṁsāra), ses causes (confusion) et effets (douleur).

Merci Seigneur pour la vie de m’avoir donné l’occasion à grandir, à aimer et à connaître la vérité, c’est de vous comprendre pour vous, la création et de ma propre existence, lever le voile de ce qui est perçu, il apparaît, se déplace et disparaît, desidentificando moi avec ce qui est transformé, pour connaître la vérité de la vérité, les mêmes connaissances que directement et immédiatement, comme moi, sans rupture, sait combien est connu et inconnu, dans le passé, présent et futur.

Jaigīṣhavya a écrit dans ses mémoires.

David Rodrigo (Āchārya Jijnāsu). Maître traditionnel d’Advaita Vedānta. Lumière de l'Ecriture - Advaita Vedānta école traditionnelle

Formation « traditionnelle étude des écritures de l’Advaita Vedānta et Yoga-Sāṅkhya - la connaissance de soi » continue

http://luzdelasescrituras.wix.com/escueladevedanta

Enseignement continu :

Étude traditionnelle des écritures de l’Advaïta Védanta et Yoga Sāṅkhya - la connaissance de soi. Étude de traditionnel, expérientielle et systématique et approfondi des Śhāstra Mokṣha, Escrituras-Ciencia et art de la libération totale : Sāṅkhya Kārikā, Yoga Sutras, Viveka Chūḍāmaṇi, Bhagavad Guītā, Upaniṣhads et Brahma Sutra, avec les commentaires principaux (Śhaṅkarāchārya, Madhusūdana Sarasvatī, Vāchaspati Miśhra, Vyāsa, Gauḍapāda, Hariharānanda Āraṇya, Vijñāna-bhikṣhu, Maurice-rāja, etc..)

Face à face : un week-end par mois, à Madrid et à Barcelone. Également à portée de main.

En cours :

Yoga Sutras, livre II ´Sādhana´

À Madrid : Yoga Shala Alcobendas / www.Ashtanga-Yoga-Alcobendas.es / annayogashala@gmail.com

Yoga Sutras, livre I ´Samādhi´

À Barcelone : www.jivamuktiyogabarcelona.com / info@jivamuktiyogabarcelona.com

Panchadaśh, de Śhrī Vidyāraṇya Muni. Un texte fondamental de l’Advaita Vedānta, avant l’étude de la ´Triple Prasthāna Traya Canon´ : Bhagavad Guītā, Upaniṣhads et Brahma Sutra.

À Barcelone et à distance : luzescrituras@gmail.com

Présentation de David Rodrigo (Āchārya Jijnāsu)

Est entièrement consacré à la connaissance de l’être depuis en 2008 est à Rishikesh, Himalaya (Inde) et a donné avec son maître, Dravidāchārya Śhrī Rāmakṛiṣhṇan Swāmījī (Ashram de Nethralaya Shastra), de la tradition Advaita Vedānta de Śhaṅkarāchārya ; disciple Swāmī Sarveśānanda Sarasvatî et son professeur Swāmī Śhānti Dharmānanda Sarasvatī.

Six années intenses d’étude continue, ascétisme, livraison, réflexion, méditation, contemplation et connaissance par l’expérience avec un professeur compétent, a reçu la sagesse libératrice qui révèlent les écrits tellement complètes et originales des écoles classiques de la spiritualité et la philosophie en Inde (ṣhaḍ-darśhana), en plus du Sanskrit. Cette connaissance termine complètement refusant d’être l’ignorance et ainsi, étant des savoirs lui-même, il auto-revela directement et immédiatement, comme la vraie moi et la vérité du monde connu et inconnu, passé, présent et futur.

Ce sont les écritures visées :

-Advaïta Védanta

-Prasthāna Traya ´Triple Canon´ avec le commentaire de Śhaṅkarāchārya : Bhagavad Guītā, principal Upaniṣhads et Sutras de Brahma. Ce dernier avec Bhāmatī, Vāchaspati Miśhra subcomentario.

Advaita Siddhi, Madhusūdana Sarasvatī, partie de la ´Gran Prasthāna Traya Bṛihat Triple Canon´.

Prakaraṇa granthas (textes secondaires) comme Viveka Chūḍāmaṇi, Śhaṅkarāchārya ; Panchadaśhī, Muni de Vidyāraṇya ; Vedanta Paribhāsā de Dharmarāja ; Siddhānta-leśha-saṅgrahde Appayya Dīkṣhita ; Dakṣhiṇāmūrti-stotra ´Himno à Dakṣhiṇāmūrti´; Pancīkaraṇa ; Tattva-boddha; o Ātma-jñāna-upadeśha-Gérard.

Yoga Sutras de Patanjali, avec le commentaire de Vyāsa, etc..

Sāṅkhya-Kārikā de Īśhvara Kṛiṣhṇa.

-Le reste des écoles classiques (astika darśhana): Artha-saṅgraha (Pūrva Mīmāṁsā) ; Tarka-saṅgraha (Nyaya-Vaiśheṣhika).

-Grammaire du sanskrit (vyākaraṇa): Laghu-siddhānta-kaumudī de Varadarāja (simplification du régime traditionnel de la Aṣhṭādhyāyi de Pāṇini).

Il fut initié dans la tradition du Yoga méditation dans l’Himalaya est par Veda Bhāratī, disciple d’est Rama de l’Himalaya (Swami Rama Sadhaka herbe Ashram, Rishikesh). Dans cet ashram, il commença à enseigner les écritures et la méditation et coordonné la Dhyāna Gurukulam, l’école traditionnelle de l’ashram.

En 2014, la vie vous a amené vers l’Espagne, mise à disposition directement la méthode complète de connaissances pour être révélé dans cette tradition, à travers le continu enseignement « traditionnelle étude des écritures de l’Advaita Vedānta et Yoga-Sāṅkhya - la connaissance de soi » à Madrid, de Barcelone et de distance.

Écrit régulièrement dans des revues telles que Rôles de l’Inde, le gouvernement de l’Inde ; Yogaenred.com, Advaitainfo.com o YoguiOla.


Être Sociable, partagez !

Est-ce que vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous à notre FLUX RSS que vous ne manquiez de rien

Autres articles sur
Par • Section • 4 janvier 2017 : Signatures