Étudier les écritures, pour quoi faire ?

Parfois, quelqu'un va demander : est-il nécessaire d’étudier les écritures ? La réponse se trouve en soi, si vous voulez savoir. Écrit David Rodrigo.

Sanskrit

Le résultat de l’étude traditionnelle des Ecritures)Bhagavad Gita, Upanishads, Yoga Sutras(, etc..) C’est d’être soi, ce que vous êtes, ce qui est. Le fait de pure existence, conscience, bonheur, seul et sans différenciation. Être est éternel, sans naissance. C’est la conscience qui brille en soi et l’expérience elle-même, est entièrement sans pièces. C’est un bonheur complet, gratuit et illimité en soi, sans motif, permanent, unique, pas de dualité (différenciation), désir, action, changement ou des expériences différentes.

Tu es cela et rien de plus. La réalité, c’est cela et rien de plus.

Si c’est votre expérience constante de vous-même et tout est là, en fait vous n’avez pas besoin l’écriture. Vous êtes un être effectués. La chance d’être !

अविज्ञाते परे तत्त्वे शास्त्राधीतिस्तु निष्फला।

विज्ञातेऽपि परे तत्त्वे शास्त्राधीतिस्तु निष्फला॥

avijnāte stop tattve śāstrādhītistu niṣphalā |

vijnāte'pi stop tattve śāstrādhītistu niṣphalā |

« Si vous ne connaissez pas la réalité suprême l’étude de l’écriture ´Śāstra´ Il ne sert à rien. Si vous connaissez la réalité suprême encore une fois l’étude de l’écriture ´Śāstra´ est inutile ». (Viveka Chudamani 61)

Si vous n’avez ni l’intuition qu’il y a une réalité suprême qui doit savoir, vous pouvez vous enseigne pas le shastra. Les écritures sont inutiles pour vous. Vous n’êtes pas matures. Vous devrez toujours faire cuire plus. Ne vous inquiétez pas, la vie est la Chef.

Si vous savez que vous n’êtes pas plus que le moi réel tout le temps et ne peut pas vous voir, ce que vous devez savoir ?

- Mais les grands sages, les êtres réalisés, dire que cela, être, la vérité ne peut être connu par le biais de mots, mais qui seulement mentionné directement, par soi-même. Et il est également logique car si je ne suis que seulement je peux savoir moi moi-même.

C'est juste.

Propres écrits aussi bien dire :

यतो yato vāco nivartante निवर्तन्ते वाचो « [C’est] où les mots reviennent vides. » (Taittiriya Upanishad II.9)

अदृष्टो द्रष्टाadṛṣṭo draṣṭā « Non, vous pouvez voir ce qu’il voit. » (Brihadaranyaka Upanishad VI.7.23)

Nantaahapragyan bahishpragyan nobhyatahapragyan pragyanghanan napragyam pas ne pas pas tardif. Adrishtamavyavharyamagrahyamlakshnamchintyamavyapdeshyamekatmapratyaysaran prapanychopshaman śāntaṃ shivmadvaitan caturthaṃ manyante māmabuddhayaḥ vigyeyaah le l’âme ||

nāntaḥprajnaṁ na bahiṣprajnaṁ na prajnānaghanaṁ na prajnaṁ nāprajnam nobhayataḥprajnaṁ | adṛaṣṭamavyavahāryamagrāhyamalakṣaṇamacintyamavyapadeśyamekātmapratyayasāraṁ prapancopaśamaṁ śāntaṁ śivamadvaitaṁ manyante caturthaṁ ātmā sa vijneyaḥ sa |

« Le quatrième état de conscience (d’expérience, Turīya, être) sait ne pas en interne, pas externe connue, ne pas connu intérieurement et extérieurement, il n’est pas connaissance de rien. Il n’est pas prise de conscience (des objets, quelque chose)Il n’est pas inconscient. Vous ne voyez pas, vous ne pouvez pas interagir avec qui, il est impossible, ne peut pas être réglé, pas vous pouvez méditer là-dessus (comme un objet, quelque chose de différent de soi-même)Il est impossible d’exprimer. C’est un, la conscience pure, où l’univers se dissout (Existence, conscience, sans différenciation). C’est la paix « Śānta », bonheur « Śiva », la non-dualité « advaita » (rien de plus, immuable). C’est le soi. C’est ce que vous devez savoir. » (Mandukya Upanishad VII)

-Comment puis-je savoir que s’il n’y a pas de méthode pour apprendre ?

न हि द्रष्टुर्दृष्टेर्विपरिलोपो विद्यतेna hi draṣṭurdṛṣṭerviparilopo vidyate « La vision de l’OMS, ve ne cesse jamais d’exister. » (Brihadaranyaka Upanishad IV.3.23)

नान्यदतोऽस्ति द्रष्टृnānyadato' its draṣṭṛ « Il n’y a aucune autre lumière que cela (être).” (Idem III.8.11)

-Si je suis ce bonheur de lumière, même non-duelle, pourquoi ne pas je reconnais moi-même comme tel ?

Parce que vous identifiez avec les objets s’allument et oublient le sujet qui s’allume, vous niez votre propre être.

C’est pourquoi vous devez :

-Refuser la dualité, la connaissance de différentielle.

-Séjour avec connaissance pure, pas de dualité, aucun objet distinct, limité.

-Comprendre que c’est la réalité, l’existence même, votre propre être.

-Comprendre que ce qui est né, le changement et les matrices sont des objets, qui n'altèrent pas le moindre à l’existence, la conscience pure, à la vraie moi.

Limitation est atteinte. La limitation doit être établie (focus) sur la connaissance des objets et non sur la source de cette connaissance, qui est la même connaissance, conscience une, permanente et sans changement. Que vous êtes dans cette situation, refusant les connaissances de tous les objets, fixez-vous sur la connaissance pure. C’est le soi.

आत्मेत्येवोपासीत ātmetyevopāsīta « Méditer là-dessus [la conscience pure, légère] comme étant [l’existence, j’ai Real].” (Brihadaranyaka Up. I.4.7).

विकल्पो विनिवर्तेत कल्पितो यदि केनचित्।

उपदेशादयं वादो ज्ञाते द्वैतं विद्यते॥ न

vikalpo vinivarteta kalpito yadi kenacit |

upadeśādayaṁ vādo jnāte dvaitaṁ na vidyate |

« Qui a imaginé la dualité, c’est qui a de le nier. Il s’agit seulement de l’enseignement. Lorsque la réalité est connue la dualité n’existe pas. » (Mandukya Karika I.18, Gurû)

एवं च ca sati sarvaprapancopaśame evaṁ सर्वप्रपञ्चोपशमेऽद्वैतसिद्धिः सति'dvaitasiddhiḥ « Seulement en niant la dualité de tout ce qui est perçu (différenciation de l’être, existence) d’établir la connaissance d’être non-duelle ´advaita´. » (Mandukya Bhashya III de Shankaracharya)

Dès que vous le faire complètement, sans doute parce qu’il n’y a pas de dualité. Il n’y a aucune confusion, peur, désir, le changement ou la mort. Il y a rien de nier ou quoi que ce soit pour atteindre. Seulement de plénitude.

Mandukya Karika I.24-29

Ongkaran padsho vidyatpada volume saṃśayaḥ.

Ongkaran padsho ṅñātvā pas kinchidpi chintayet ||

oṅkāraṁ pādaśo vidyātpādā mātrā na saṁśayaḥ |

oṅkāraṁ pādaśo jñātvā na kiṁcidapi cintayet ||

« Entiende (estudia, conocimiento indirecto) chaque État de conscience (par expérience) OM (être, le vrai i : extérieure, intérieure, obscurité ou l’ignorance en état de cause à effet)qui sont les mêmes que leurs paroles (A, U, M). Une fois que vous savez (une connaissance directe) chaque État de conscience de l’OM, ne pensez pas à autre chose (définissez votre être élaborée, votre conscience dans la conscience).”

युञ्जीत प्रणवे चेतः प्रणवो ब्रह्म निर्भयम्।

प्रणवे नित्ययुक्तस्य भयं विद्यते क्वचित्॥ न

yunjīta praṇave cetaḥ praṇavo brahma nirbhayam |

praṇave nityayuktasya na vidyate kvacit bhayaṁ |

« Il définit votre esprit à l’OM. OM est Brahman ´el Ser´, où il n’y a aucune crainte. Qui se concentre en permanence sur l’OM n’a pas peur quoi que ce soit jamais (pas de faute, gagne ou perd et est entier, seule et totale).”

Pranvo hyapran Brahma pranvashch : smṛtaḥ.

Apurvoऽnantaroऽbahyoऽnapraah pranvoऽvyayaah ||

praṇavo hyaparaṁ brahma praṇavaśca paraḥ smṛtaḥ |

apūrvo « nantaro » bāhyo « naparaḥ praṇavo » vyayaḥ ||

« OM es el Ser inférieure y el supremo (individuel et universel. Il n’y a pas de différenciation, la dualité). OM n’a aucune cause ou effet (c’est gratuit). Il n’y a rien d’externe à l’OM, ni rien de différent dans l’OM OM ne change pas. »

सर्वस्य प्रणवो ह्यादिर्मध्यमन्तस्तथैव च।

एवं हि प्रणवं ज्ञात्वा व्यश्नुते तदनन्तरम्॥

sarvasya praṇavo hyādirmadhyamantastathaiva ca |

Salut praṇavaṁ jnātvā vyaśnute tadanantaram evaṁ |

« Tout vient de l’OM, il est et se dissout dans l’OM (votre propre être, c’est l’existence dans laquelle tout est né, ou il est créé apparaît, existe et disparaît). Qui sait donc OM ne devient-elle rien de plus que cela (cesa votre errant par les différents organes et les mondes).”

प्रणवं हीश्वरं विद्यात्सर्वस्य हृदि संस्थितम्।

सर्वव्यापिनमोङ्कारं मत्वा धीरो शोचति॥ न

praṇavaṁ hīśvaraṁ vidyātsarvasya hṛdi saṁsthitam |

sarvavyāpinamoṅkāraṁ matvā dhīro na śocati |

« Comprendre que l’OM » (être, le vrai moi) ES (ce que nous appelons) Dieu ´Īśvara´qui existe dans le cœur de tous les êtres. Le Sage qui sait OM couvrant tout, ne souffre pas (il n’y a pas de contradiction, comme les vagues différentes ne sont rien de plus que l’océan et les vagues et l’océan sont rien de plus que l’eau).”

Amatroऽnantamatrashch dvaitasyopshamaah śivaḥ.

Ongkaro vidito Yen munirnetro la janaḥ ||

amātro'nantamātraśca dvaitasyopaśamaḥ śivaḥ |

oṅkāro vidito yena sa munirnetaro janaḥ ||

« Quien conoce el OM (el Ser, el Yo) que aucun tiene letras (cuerpos) y el de ilimitadas letras (qui existe dans tous les organes et est l’un et immuable)qui conclut la dualité (différents organes, la réflexion sur le corps et pas de corps), le même bonheur, est un homme sage (un être effectuée) et personne d’autre. »

Puis les écritures, le maître et Dieu sont vraiment inutiles pour vous. Vous venero.

David Rodrigo, maestro traditionnel de l’Advaita Vedanta

David RodrigoIl rentre en Espagne à Rishikesh, Himalaya, en Inde, en avril 2014, où, pendant six années entières remises entièrement à l’étude par l’expérience de l’original écritures d’Advaita Vedanta (Prasthana Traya ´Triple Canon´ de l’Advaita Vedanta-)Bhagavad Gita,Upanishads et Brahma Sutras-avec le commentaire de Adi Shankaracharya et Nolwenn, une partie de la ´Gran Brihat Prasthana Traya Triple Canon´ -Advaita Siddhi(-, etc.), ainsi que du Yoga)Yoga Sutras Patanjali, Sankhya), le reste des écoles classiques de la philosophie indienne ou Astika darshana et le Sanskrit dans la tradition de l’Advaita Vedanta de Adi Shankaracharya avec Dravidacharya Shri Ramakrishnan Swamiji (Shastra Nethralaya) et la ´Dhyana Yoga´ de méditation dans la tradition de la Rishis (grands Yogis) de l’Himalaya avec Swami Veda Bharati (herbe Ashram de Swami Rama Sadhaka).

Il débute traditionnellement transmis les écritures du Vedânta et Yoga de Swami Rama Sadhaka herbe Ashram, où il a dirigé également Swami Rama Dhyana Gurukulam, une école traditionnelle dans la tradition de la méditation de la Rishis de l’Himalaya.

Transmet maintenant à travers l’étude traditionnelle du programme Ecritures de l’Advaita Vedanta et Yoga (minimum de cinq ans, en classe et non - salle de classe)

Viveka Chudamani, Sankhya Karika, Bhagavad Gita, Yoga Sutras, Upanishads, Brahma Sutras

Organisé à Madrid par Yoga Shala Alcobendas

www.Ashtanga-Yoga-Alcobendas.es/Cursos/Advaita.pdf

Autres cours

Une étude traditionnelle de la Panchadashi, Muni de Rudy Shri

(Un an ; salle de classe et des salles de classe)

Mais Introduction texte intégral des Advaita Vedanta, comme Viveka Chudamani, donne accès à la clarté du baril triple « Prasthana Traya » étude de l’Advaita Vedanta)Bhagavad Gita, Upanishads et Brahma Sutras(, avec les commentaires de Adi Shankaracharya).

À Madrid, organisée par l’école de Yoga de tables

www.escueladeyoga.org/index.php/Cursos-y-Talleres/Item/210-Curso-panchadashi-2014-2015

OM, sens et pratique)Mandukya Upanishad)

Madrid, Yoga Shala Alcobendas - présentiel et ´no presencial´-

Samedi 13 septembre, de 10 à 14 et de 16 à 18 h. et dimanche 14 septembre, de 10 à 14 h.

www.ashtanga-yoga-alcobendas.es/cursos/Manduka_OM.pdf

Décès : sentir, comprendre, comment vivre, l’au-delà et la libération

Samedi 27 septembre, de 10 à 14 et de 16 h à 19 h. -face à face et ´no presencial´ -

Madrid l’école de Yoga de tables

Contact - info@escueladeyoga.org

Être Sociable, partagez !

Est-ce que vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous à notre FLUX RSS que vous ne manquiez de rien

Autres articles sur ,
Par • 5 juin 2014 • section : Textes anciens