Asana : Ardha Matsyendrasana

Cet asana est l'un des rares qui portent le nom d'un Yogi qui a inventé, le grand Rishi Matsyendra. Cependant la position initiale est très difficile et seulement accessible pour les Yogis très avancés, alors que la moyenne est enseignée uniquement de posture (ardha). Ardha Matsyendrasana explique le texte du livre suivant J’apprends le Yoga, de André Van Lysebeth. Run : Maria Ovando, professeur de l'école internationale de Yoga. Photos : Thor Castro.

Ardha Matsyendrasana

Ardha Matsyendrasana variation

Ici, nous vous offrons deux plus célèbres variations yoga de torsion. André Van Lysebeth dans son livre J'apprends le Yoga a expliqué en outre, classique, avec les deux jambes pliées. Torsion du tronc et de l'action est le même.

Cet asana doit apparaître sur toutes les séries de postures ; ferme de la série de flexion avant et arrière.

Avec bras-levier servant, porter la main gauche à la jambe droite étendue et essayer de jouer le tibia, ou, mieux encore, prenez votre pied droit. Torsion de la colonne vertébrale est soulignée par une impulsion du bras droit, placé derrière le dos, avec la main posée sur le sol. Partie de torsion du sacrum pour gagner progressivement tout au long de la colonne, y compris le col, par une rotation de la tête.

Revenir lentement à la position de départ dans le sens inverse et pratiquer la posture en revanche, pliage, par conséquent, jambe gauche.

Au cours de la torsion, la ligne des épaules est, dans la mesure du possible, parallèle au sol.

Position classique

Après une courte période, l'élève va passer sans difficulté la position classique, qui ne diffère pas de la position de l'école secondaire, mais par les détails suivants :

(a) la jambe qui était répandue est pliée, afin de placer le talon contre la cuisse.

(b) le bras appuyé sur le sol derrière le dos relie la taille, et la main est en contact avec la cuisse.

En position finale, là pour redresser le dos bien mettre l'accent sur le couple.

Important

Tout au long de l'asana dos reste passive : bras tournent les épaules et la colonne vertébrale se tord sans résistance.

N'a pas à balancer la partie inférieure du tronc : doit être assis sur les deux fesses pendant tout le mouvement.

Rotation, lente et progressive, s'effectue au moment de l'expiration.

La tête tourne en dernière place et reste droite, avec le menton assez simple.

Il convient de rappeler que :

a talon de la jambe plié touche le périnée, tandis que le genou reste dans le sol.

(b) les deux fesses sont pris en charge sur le tapis.

(c) la ligne des épaules est horizontale.

(d) doigt relever le pied sous la voûte de la plante.

(e) du genou est presque sous l'aisselle.

(f) la main du bras qui relie la ceinture se déplace dans l'aine et la cuisse touche.

(g) la tête est droite et le regard est dirigé dans la mesure du possible derrière eux.

Nous avons insisté sur l'obligation première de plier la jambe droite, donc supportant la cuisse droite contre l'abdomen pour opprimer le côlon. Cet asana augmente le péristaltisme intestinal et la constipation combattre. C'est d'agir dans le sens du péristaltisme qui doit compresser tout d'abord le côté droit de l'abdomen.

Être Sociable, partagez !

Est-ce que vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous à notre FLUX RSS que vous ne manquiez de rien

Autres articles sur ,
Par • Section • 11 juin 2013 : Asanas, Pratique