Débutants : douleur bonne vs mauvaise douleur

« Aucune douleur, aucun gain »lit un vieux dicton anglais vient d’affirmer que sans douleur, il n’y a pas de gain. Ce que je dois souffrir de faire une percée dans le Yoga ? Condition n’est pas une pratique sinon tirer les muscles, gênent les articulations et se plaignent de l’OS ? Difficile de répondre à ces questions difficiles, ami Sancho. Écrit Victor Medina.

Douleurs musculaires

L’activité physique implique des efforts, et l’effort de demander son quota de la douleur. Courbatures, piqûres... Le lendemain le Yoga session peut être une épreuve. Mal vous à sourcils, vos mouvements semblez plus la danse de la « Chiki-Chiki » et vous ne voulez ou entendre le mot « yoga ». Vous essayez de prononcer la syllabe « Om »... et plus ce mantra sonne comme un quejío flamenco.

Au cours de la pratique des asanas, dans certaines actions du corps, nous éprouverons inconfort. Genou réagit à la flexion, hanche répond à l’ouverture, épaules réclament une attention lorsque vous les allumez. Logiquement, les parties qui façonnent notre physique moi répondent à s’étirer, torsion.

Les clés d’un corps de Yoga respectueux et attentionné se trouvent dans le attention aux sensations, patience, ténacité et capable de faire la distinction entre « bons » et « mauvais » douleur. Par bonne douleur Il est entendu est que nous nous sentons comme un résultat de nos efforts, et cela se reflète dans la rigidité, certain inconfort résultant de l’utilisation des articulations et des points de corps qui ont été dans la « léthargie ». C’est un sentiment supportable qui vous permet de continuer avec la pratique, certaines tensions qui viennent quand nous étirer, plier ou Veer, reflet de la souplesse et le renforcement des processus.

Douleur mal, en revanche, est-ce sentiment concentré en un point corps qui indique que vous devez arrêter l’action que vous effectuez. C’est un avertissement qui met une limite à l’effort. Généralement situés dans des zones anatomie (épaules, dos, genoux...) les plus fragiles, comme un silent scream qui attention la demande. Sans tenir compte de votre demande peut entraîner des blessures, parfois irréversibles.

Le corps est sage quand il parle à travers les sensations : chaleur, plaisir,... douleur froide. L’esprit, en revanche, peut être stupide. Une ambition excessive, orgueil ou le désir d’un produit concurrent, de pensée, blesse la noblesse de notre corps. Vous devez être indulgent avec lui, mais ne pas condescendant. Vous ne pouvez pas vivre ancré dans le confort, mais aucun bon point Croix le seuil du coffre dans le Yoga.

Écouter quand votre corps parle. Profitez de Yoga et progrès dans votre pratique.

Victor Medina Il enseigne le Yoga et le journaliste.

Être Sociable, partagez !

Est-ce que vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous à notre FLUX RSS que vous ne manquiez de rien

Autres articles sur , , ,
Par • 15 mars, 2013 • section : Débutants