Interview de Natalia González Sañudo : « le corps parfois chante, crie ou pleure »

Expert en massage ayurvédique, avoue « facilitateur pour tout ce qui peut renforcer la nature, » en stimulant son expression unique et singulière. Il s’agit d’une entrevue de Sita Ruiz.

Natalia Gonzalez

Natalia González Sañudo est thérapeute, formateur et expert en traditionnel massage ayurvédique et herboristerie. Son grand projet vital, Yoga & Ayurveda Abhyanga, est née en Galice il y a huit ans et, à travers lui, a enseigné des cours, des ateliers et des séminaires dans divers endroits, parmi lesquels Madrid, où j’ai eu l’occasion de répondre à une partie de leur travail et une belle amitié qui a duré jusqu'à aujourd'hui.

En 2009, il décide de retourner à ses racines et depuis puis vit à Rosario (Argentine), enveloppé dans un processus continu de l’enseignement, apprentissage et renouvellement qui l’a amené à l’étude sociale et anthropologie culturelle ou d’enquêter soigneusement sur le corps humain dans un nouveau défi personnel, appelé « Le vol du papillon ». En outre, les derniers préparatifs pour ce qui sera, dans ses propres termes, « l’invention plus intime », son premier livre.

De l’autre côté de l’océan Atlantique, il ouvre ses portes nous invitant à réfléchir dans cette interview.

Ce que fait avant votre vie, le Yoga ou Ayurveda ?
Tous deux sont devenus étroitement liés, tous deux trouvent un nid dans mon cœur.

Ce que vous resaltarías de la médecine ayurvédique traditionnelle ?
Ayurveda, terme Sanskrit qui est art et science et beaucoup du commerce également, remonte à 5000 ans pour environ 8 000 ans pour les autres. Né dans la vallée de l’Indus de l’inspiration des sages et utilise plusieurs techniques pour la guérison. Par le biais de ces pratiques, crée un pont, le lien entre ce qui existe à l’extérieur (macrocosme) et quelles vies à l’intérieur (le microcosme), vie exprime ainsi cette communion, ce mouvement qui prend de ce qui existe et faire leurs propres, et la même chose est exprimée et retourna à la vie pour vos loisirs. C’est une médecine préventive fondamentalement, et tout au long de son histoire, il a fortement influencé les autres médecines traditionnelles, comme elle a été.

Pourquoi est-ce vous avez aurait choisi de se concentrer sur la modalité de massage ? Ce qui est le Yoga de l’Abhyanga ?
Le massage est le silence, il n’y a pas de mots. Lorsqu’il y a silence, le corps se fait entendre et chante parfois, d’autres crient et pleurent plusieurs fois. Et lorsque j’effectue ces tâches le corps vibre et respire la vie. Et cela me semble magique. Unique. Abhyanga-yoga est une forme de massage ayurvédique créé par le maître Kusum Modak de Poona (ayurvédique Yoga Masagge de Kusum Modak). Elle a voulu partager avec tout le monde et donc pour plusieurs décennies.

Vos expériences, d’apprentissage et de formation ont été marquées par des personnalités telles que Dr. David Frawley (American Institute d’études védiques), Kusum Modak ou Taruna Jeevan, tous deux de Poona (Inde). Ce que vous ont contribué chacun d’eux ?
Inspirez-moi toujours. Mon regard est amour et respect, de remerciement comme aimer, comme des créateurs. Il y a des endroits en moi qui leur appartiennent en ce que son amour est une marque qui perdure au fil du temps et continue de me conduire à mes horizons choisies, toujours en mouvement. Où que j’aille, ils m’accompagnent.

Ans, vous avez vécu en Espagne et vivent actuellement en Argentine. Pensez-vous que la compréhension, l’acceptation et l’impact de votre travail est semblable dans les deux pays ?
Je pense que c’est différent, je suis tellement désolé. Chaque environnement contient, motive et déplace les intensités que je me sens très différent. La connaissance de cette technique dans les deux pays est très faible, la diffusion est donc une tâche importante si nous voulons que la reconnaissance de la même chose d’un lieu ouvert et considéré. Acceptation et impact a été et est très bons dans les deux ; C’est toujours une grande découverte, pour sa beauté, parce qu’il touche et réveille un sentiment qui tient compte de plusieurs espaces et surtout parce qu’il encourage l’organisme à créer la vie sur elle.

Massage Natalia González

Dans vos nombreux cours et séminaires de formation, les conseils de faire vous donnent habituellement vos élèves ?
La base de mon enseignement est dans les espaces d’apprentissage, touchés par le corps, sensation et sentiment. Créer des corps est de trouver le bon augure un rythme et une profondeur qui proviennent d’un mouvement qui s’exprime en s’adressant à un autre, enveloppant, déplier, améliorant sa propre forme de vie. Créer des corps est une possibilité ouverte, une possibilité qui a initialement ne savaient pas s’exprimer sans cette continuité de l’autre.

Quel est votre secret pour ne pas succomber à la « crise » affectant l’ensemble de la planète ? Faites-vous confiance les possibilités infinies de l’homme et de l’énergie du changement ou l’inverse ?
Je pense que j’ai un secret, ne pas même une feuille de route. J’ai changé ma boussole pour star. Et j’ai toujours regarder les marées et la direction du vent. J’espère que l’homme, dans leur être dans le monde, la possibilité de créer. Mais je ne suis pas du tout optimiste, je suis dans mon temps plus prudents et me demande quelle sera la puissance du changement : comprend plusieurs adresses ou quelques-unes ou même cela ?

Comment décririez-vous le moment actuel de Yoga et d’Ayurveda en Argentine ?
Une contradiction parfois. Je vois qu’il y a des endroits qui sont floues, d’autres qui sont créés et d’autres qui sont transformés. Et c’est bon, juste que, si vous voulez vivre intensément les deux pratiques. À certains moments, il garder le silence pour écouter. J’apprécie le soin et cohérente de nombreux groupes qui développent les deux disciplines et effectuer une diffusion plus ouverte et responsable que possible, pour le bénéfice de tous.

Sachant bien sûr que vous, qui nouveaux défis, d’explorer, vous attendent pour vos autour voudrais partager certains ?
J’ai le rire. Et je vois horizon chaque fois que je ris. Oui, mes défis aujourd'hui à travers un livre que je garde sous mon oreiller, remplis de sentiments qui veulent recueillir les formes et s’envolent, explorant les mondes en dehors du monde. Cette rétine qui regarde et regarde, toujours en esquivant affichent, pour se plonger dans ce qui pas... et puis trouver ces trésors cachés et souvent oublié que j’ai reflètent et croyez moi, dis-moi qui je suis.

Cette année nous venons de publier comme si c’était...
Extrêmement créatif.

Et comme un signe, un poème :

Inhalation, il est possible d’imaginer le corps
dans la plénitude de la vie,
témoin de son expansion,
dans le monde qui l’entoure.
Lorsque vous expirez, il est possible
gratuit exprimée en milliers de sons,
sans armes et vidé
pour vous connecter avec perspicacité de nouveau féconde, passer l’aspirateur
dans son intégralité.
Natalia González Sañudo

http://www.abhyanga-yoga.com


Être Sociable, partagez !

Est-ce que vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous à notre FLUX RSS que vous ne manquiez de rien

Autres articles sur , , , ,
Par • 16 janvier 2013 • section : Ayurveda, Interview